Le mot de la présidente

SIEBENALER Maryvonne La Juine et ses affluents impriment leur marque sur notre territoire, traçant les vallées riches en boisements et zones humides, cheminant dans nos plateaux dédiés à l’agriculture et dans nos villes et villages. Le lien étroit des cours d’eau avec la nappe de Beauce qui l’alimente donne vie à de nombreuses activités : cressiculture, pêche, loisirs…
Aujourd’hui, le dérèglement climatique avec son lot d’évènements de plus en plus fréquents et intenses impactent directement le cycle de l’eau, la rivière et son bassin versant. Il est de notre devoir, collectif, de nous préparer et de nous adapter pour que notre territoire soit le plus résilient possible face à ces changements importants. La rivière et sa trame verte et bleue doivent être considérées comme des alliées et des sources de solutions pour l’avenir.
C’est la démarche que le SIARJA a engagée auprès des collectivités du bassin versant, à travers le contrat territorial « Eau, Climat et Trame verte et bleue » proposé par les partenaires – Agence de l’eau, Conseils régionaux et départementaux. Comptez sur moi pour poursuivre dans cette voie, initiée par mon prédécesseur Bernard Laplace et ses équipes que je veux ici saluer. Je le ferais avec toujours le même état d’esprit qui fait la force du syndicat : proximité et solidarité avec réactivité et professionnalisme.

 

La Présidente, Maryvonne SIEBENALER
galerie

Comme pour nombre de rivières d’Ile-de-France, l’apparition au XVIIIème siècle de l’activité meunière dans la vallée s’est accompagnée de vastes travaux de chenalisation et de l’implantation d’une multitude de moulins usant de la force hydraulique comme principale source d’énergie. Bien que la plupart d’entre eux n’aient plus d’usage économique, les ouvrages qui leur sont associés sont toujours présents et continuent de conditionner le fonctionnement hydrologique des cours d’eau.

Les conséquences écologiques induites par la présence de ces obstacles sont malheureusement nombreuses, initiées par des effets de blocage, de retenue et de cloisonnement conduisant alors quasi systématiquement à une banalisation et un appauvrissement des milieux et à une répression des dynamiques biologiques. Des phénomènes imputés aux ralentissements des écoulements et au profil artificialisé de nos cours d’eau.

Dans une démarche de réflexion et de concertation, le SIARJA engage depuis plusieurs années des essais d’ouverture de vannes en accord avec les propriétaires d’ouvrages et ses partenaires techniques. Ces tests permettent alors d’observer et d’étudier l’évolution des rivières sous un fonctionnement plus proche du naturel.

Cette année, 3 essais ont été réalisés sur la Juine aux moulins de :

  • St-Cyr à Saclas - terminé,
  • La Planche à Ormoy-la-Rivière – toujours en cours,
  • Chanteloup à St-Cyr-la-Rivière – toujours en cours.

Le décloisonnement des biefs devrait profiter à l’évacuation naturelle des vases accumulées et à l’apparition de banquettes alluviales (propices à une végétalisation naturelle). Selon le degré d’influence des ouvrages, la rivière travaillera son lit pour offrir un paysage plus varié et profitable à la faune et la flore locales, observable dès le printemps prochain.

 VannePlanche1  VannePlanche2
 Ouverture des vannes au moulin de La Planche
(Ormoy-la-Rivière sur la Juine)
 Ouverture des vannes au moulin de La Planche
(Ormoy-la-Rivière sur la Juine)

 

En savoir plus...
Restauration de la continuité écologique

 

carte pdfcarte