embacle 2012
galerie
2 Ile des Scells
 
L’ombrage apporté par les arbres et arbustes limite le réchauffement de l’eau et le développement des herbiers. En absorbant les nutriments nécessaires à leur croissance, les végétaux piègent une part importante des substances qui arrivent par ruissellement ou infiltration à la rivière. Les ligneux ancrent et stabilisent les berges par leurs racines et dissipent l’énergie hydraulique, protégeant les berges de l’érosion. Enfin, la ripisylve structure le paysage de la vallée de la Juine et contribue à son identité.
 
 
La ripisylve nécessite un entretien régulier, à la fois pour permettre l’écoulement des eaux et pour assurer le bon développement des essences végétales. Ces opérations visent à conserver la diversité de la végétation rivulaire, à préserver le lit de l’envahissement par la végétation et à prévenir le risque d’embâcles. Il s’agit également de limiter les risques d’érosion des berges en supprimant les embâcles gênant l’écoulement des eaux.
 
Les essences végétales inadaptées, c’est-à-dire les arbres dont le système racinaire n’offre pas une bonne stabilité, peuvent être supprimées lors du bucheronnage au profit de la plantation d’espèces autochtones. L’élagage pratiqué vise à rajeunir le peuplement et à favoriser l’émergence de jeunes pousses pour assurer le renouvellement et la diversité de la ripisylve. Enfin, certains tronçons de berges sont fauchés pour limiter le développement de certaines espèces (ronces, orties) et faciliter les accès.
 
 2 plantation  2 embacle St Denis
     Plantations sur le bief de Vieux, à Etampes
     Embâcle sur la Juine, au bief St Denis